Salle de presse

En tête-à-tête avec Kim Nguyen

Les passeports pour la 7e édition du festival sont maintenant en vente

Rivière-du-Loup, le 11 décembre 2018 — Après avoir marché sur les tapis rouges de Toronto, de Berlin et de Cannes, Kim Nguyen ajoutera le festival Vues dans la tête de… à son glorieux parcours. Pour sa septième édition hivernale, le festival du film de Rivière-du-Loup aura l’honneur de dérouler son tapis blanc au réalisateur montréalais, finaliste aux Oscars en 2013 grâce à Rebelle.

 

Juste avant la sortie de son septième long métrage dans plus de 25 pays, l’auteur-cinéaste ouvrira une fenêtre sur son imaginaire poétique, aussi lumineux que torturé, et partagera ses coups de cœur sur grand écran, du 7 au 10 février prochain, au centre-ville de Rivière-du-Loup.

 

« J’ai été enchanté par cette offre de carte blanche cinématographique. Je suis très admiratif des initiatives comme Vues dans la tête de…, des projets rassembleurs qui nous aident à partager, à réfléchir sur notre monde. J’ai très hâte d’aller à la rencontre de collègues créateurs et de cinéphiles pour parler de notre passion commune », annonce le parrain de l’événement.

 

Un créateur entier

Détenteur d’une maîtrise en cinématographie de l’Université de Montréal, Kim Nguyen est entré dans les salles noires par la grande porte en 2002, avec son premier long métrage Le marais, qui lui a valu six nominations aux Jutra. Il a ensuite mis six ans pour écrire, réaliser et produire Truffe, un objet singulier avec lequel il a voyagé jusqu’au réputé festival de Karlory Vary, en Pologne.

 

Fils d’un père vietnamien et d’une mère d’Amqui, Kim Nguyen a par la suite créé La cité, avant de porter son coup de maître avec Rebelle, considéré par d’aucuns comme l’un des chefs-d’œuvre de la cinématographie québécoise. Paru en 2012, ce drame poignant sur les enfants-soldats a été récompensé d’une nomination aux Oscars dans la catégorie du meilleur film en langue étrangère. Seuls trois autres réalisateurs québécois ont réussi cet exploit dans l’histoire de la cérémonie. Cette fiction a également cueilli des fruits dans les festivals de Berlin, de TriBeCa et aux Jutra, où elle a d’ailleurs fait main basse sur huit statuettes.

 

Avec son visa pour le marché international, Kim Nguyen a dès lors enchaîné l’écriture et le tournage de deux fables sentimentales en anglais, Two Lovers and a Bear et Eye on Juliet. La première a été sélectionnée pour la Quinzaine des réalisateurs à Cannes, tandis que la deuxième a été projetée en première à la Mostra de Venise.

 

Si ses longs métrages ont joui de succès d’estime, aucun n’a bénéficié d’un traitement luxueux comme celui que recevra sa nouvelle offrande, The Hummingbird Project, qui profitera d’une sortie mondiale en mars prochain. Tournée à Montréal avec une enveloppe de 16 millions de dollars, cette comédie d’aventure, inspirée d’une histoire vraie, compte à son affiche les vedettes hollywoodiennes Jesse Eisenberg (The Social Network, Now You See Me), Alexander Skarsgård (The Legend of Tarzan, Big Little Lies) et Salma Hayek (Savages, Frida). Bien accueillie lors de sa première au Festival international du film de Toronto en septembre dernier, cette production ambitieuse raconte le projet non moins ambitieux de deux cousins courtiers qui rêvent de déjouer le système boursier à l’aide de fibres optiques souterraines.

 

En prévente pour Noël

Tout en se préparant pour cette sortie d’envergure, qui pourrait lui ouvrir les frontières américaines, Kim Nguyen passera quatre jours à Rivière-du-Loup pour rencontrer des cinéphiles dans un cadre intime et chaleureux. Il présentera quelques-uns des titres de sa filmographie ainsi que des bobines qui l’ont séduit au cours des derniers mois. Promettant d’être aussi profonde et universelle que son œuvre, la programmation complète de cette carte blanche sera dévoilée en janvier.

 

Déjà, ses admirateurs peuvent se procurer leur laissez-passer pour le festival sur la billetterie en ligne. Pour cette prévente, les passeports sont offerts au coût de 30 $, au lieu des 35 $ à prix courant. En plus des projections du volet principal, consacré au cinéaste-vedette, le macaron donne droit à toutes les activités, dont des ateliers de formation, des discussions ainsi qu’un concours de créations locales. Un volet off, rassemblant des projections marginales et d’autres activités périphériques, s’ajoutera pour cette septième édition.

 

Dans l’attente, les cinéphiles sont invités à visiter le site web du festival à www.vuesrdl.com et à suivre l’événement sur les réseaux sociaux (Facebook et Instagram).

 

Les activités de l’organisme Vues dans la tête de Rivière-du-Loup sont rendues possibles grâce au soutien financier de la Ville de Rivière-du-Loup, de la MRC de Rivière-du-Loup, de la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC), de la Fabrique culturelle de Télé-Québec, de l’École des métiers du cinéma et de la vidéo (EMCV) du Cégep de Rivière-du-Loup et du Cinéma Princesse.

 

-30 –

 

 

Laura Martin

Coordonnatrice

www.vuesrdl.com

coordination@vuesrdl.com

418 894-3975